14 janvier 2018

La notion d’« auteur » au prisme des mutations socio- économiques de la filière du livre. Quelle remise en question dans le secteur des littératures de genre ?

Présentation des objectifs de ce séminaire :

Si le secteur de la littérature est, à l’heure actuelle, confronté à un certain nombre de mutations socio-économiques, il semble que le pan éditorial des littératures de genre en soit tout particulièrement porteur. L’objectif de ce séminaire est d’établir un état des lieux des pratiques, discours, positionnements et représentations éditoriales en les examinant à partir de la notion d’« auteur ». Cette perspective se double de l’ambition de contribuer à une réflexion théorique et méthodologique à partir de l’exposé de travaux de recherche en cours sur cette thématique. Il s’agit, de fait, d’analyser de quelles manières certaines mutations socio-économiques (autoédition, désacralisation de l’acte d’écriture avec la mise en place d’ateliers, de formations, à l’image de la pratique du Creative Writing qui représente depuis longtemps un passage obligé pour les aspirants anglo-saxons, surproduction, concurrence accrue, rationalisation, recours au crowdsourcing) reconfigurent tout particulièrement la notion d’« auteur » au sein du secteur des littérature de genre, celui-ci constituant l’un des segments qui rencontre un très fort succès auprès du lectorat, sous format papier et numérique.

L’approche interdisciplinaire convoquée lors du séminaire nous permettra d’examiner si l’évolution de cette notion constitue une réelle rupture dans l’approche historique et sociologique des auteurs. Cette évolution sera aussi interrogée à l’aune des recherches sur les industries culturelles et créatives qui se penchent désormais – après s’être essentiellement focalisées sur l’amont et l’aval de la filière du livre, laissant en quelque sorte l’auteur dans une « zone grise » -, sur la mutation de l’usager en auto-producteur, dans le cadre plus général d’une déconstruction de la notion de « créativité », cette dernière étant désormais érigée en norme sociale.

Traditionnellement légitimé par l’éditeur, de quoi l’auteur est-il désormais le nom dans le secteur des littératures de genre, celui-ci étant travaillé par une nouvelle grammaire de sens en termes de logiques socio-économiques ?

Le programme du séminaire de recherche est disponible ici : Séminaire La notion d’auteur au prisme des mutations socio-économiques dans la filière du livre. Quelles remises en question dans le secteur des littératures de genre