23 janvier 2018

Productions et circulations des biens culturels Le cas des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du nord

Kaoutar HarchiLe champ des lettres françaises ou la fabrique de l’altérité littéraire. Le cas des écrivains algériens dits « francophones »

Kaoutar Harchi est docteure en sociologie, chercheure associée au Cerlis (Paris-Descartes), post-doctoral researcher à UCLA, Californie. Elle assure actuellement des enseignements à Sciences Po Paris, Reims. Sa thèse, publiée sous le titre Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve (Fayard-Pauvert, préf. Jean-Louis Fabiani, 2016) a porté sur les modalités de reconnaissance des écrivains algériens de langue française, en France (1945-2015). Ses travaux de recherche s’intéressent notamment à la formation historique des nationalismes littéraires, à l’émergence contemporaine des champs artistiques et intellectuels au Maghreb, en Afrique ainsi qu’à la circulation internationale des textes et des idées par la traduction.

Les séances du séminaire ont lieu le jeudi entre 14h30 à 16h30 à la Maison des sciences de l’homme, Paris Nord, salle 404  (20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis) située à la sortie du métro Front Populaire (ligne 12).